Signaler un accident ou problème sur l'anneauFormulaire

Témoignage du "Miraculé" de Longchamp

4 février 2020

Témoignage du « Miraculé de Longchamp »

Yves a été surnommé le « Miraculé » par les médecins après un accident très violent sur l’anneau de Longchamp. Son témoignage, qui doit être lu jusqu’au bout, est d’une rare intensité et éclaire mieux que tous nos discours sur l’importance de mieux sécuriser l’anneau.

Nous le remercions vivement d’avoir bien voulu partager son histoire.


« Le 1er novembre 2018, je me suis rendu à l’anneau de Longchamp, profitant d’un jour férié et d’une météo clémente pour un entrainement de vélo de route. Une heure après avoir rejoint l’anneau, vers 10h, au niveau du virage serré au bout de la route dite de Sèvres à Neuilly, au point le plus rapide du parcours, je me suis retrouvé face à un véhicule remontant l’anneau sur la piste cyclable à contresens. Ma vitesse était de l’ordre de 40Km/h et celle du véhicule en face entre 5 et 10Km/h. Je n’ai pas eu le temps d’anticiper et ai percuté le véhicule de plein fouet.

image001

Mon vélo à littéralement explosé sous la violence du choc et j’ai violemment percuté le pare-brise tête la première. Je n’ai pas perdu connaissance et ai réussi à me dégager du capot pour me mettre en sécurité. Deux personnes admirables, cyclistes sur l’anneau au moment de l’accident se sont occupées de moi. Un gendarme secouriste qui m’a porté les premiers secours et un policier, Jeff Champalou qui a géré toute la logistique de mes affaires, vélo et apporté son témoignage. J’ai pu remercier le policier mais n’ai pas pu le faire pour le gendarme qui n’a pas laissé ses coordonnées.

"le vélo a littéralement explosé"

J’ai été pris en charge rapidement par les sapeurs-pompiers mais ai attendu pendant 45mn dans l’ambulance une l’intervention de la police pour effectuer un constat qui finalement n’a pas été fait sur le site mais aux urgences de l’hôpital distant de 200m du lieu de l’accident !! J’ai passé 48h aux urgences sur un brancard en observation. J’ai rapidement été mis sous morphine et ai passé un ensemble de contrôles dont plusieurs scanners et radios. Verdict : commotion cérébrale, traumatisme crânien, vertèbre fracturée, dérèglement de l’oreille interne provoquant des vertiges et évanouissements à chaque changement de station. J’ai eu un mois d’arrêt maladie et 3 mois de circuit de soins avec corset. Je ne vais pas détailler ici les souffrances, douleurs, insomnies que j’ai finalement oublié en me réjouissant d’avoir survécu à un tel accident. Les médecins d’Ambroise Paré m’appelaient le miraculé car statistiquement la vitesse et la violence du choc aurait pu/dû être bien plus destructrices.

Je suis père d’une petite fille qui avait un an au moment des faits, je n’ai pas pu la porter pendant plusieurs mois. Avec le recul ce fut le sans doute le point le plus douloureux à supporter.

"les médecins m’appelaient le miraculé"

Je suis retourné sur l’anneau à pied pour me rendre compte que le conducteur avait franchi 5 panneaux sens interdit, on m’a relaté qu’il avait renversé (sans les percuter) trois autres coureurs avant moi. Alors qu’on me portait les premiers secours, il a pris la fuite en voiture. Mais, pris en chasse par des cyclistes, le conducteur a endommagé son véhicule sur un plot en béton, l’obligeant à l’abandonner à quelques centaines de mètres de l’accident. Au final, même si la police a trouvé son identité, il n’a été ni confondu, ni arrêté. Je n’ai toujours pas été intégralement indemnisé, le propriétaire du véhicule n’était pas assuré. Dans de telles circonstances, le fond de garantie automobile prend le relais mais le traitement du dossier est assez lent.

L’histoire se termine bien, même si j’ai quelques séquelles qui ne manqueront pas de se manifester en vieillissant. Je me suis racheté un vélo et suis me suis remis aux entrainements. J’ai encore du mal à retourner sur l’anneau et privilégie des sorties hors de Paris. Chaque passage dans le virage fatidique est un petit traumatisme.

image008

Dernier point. Il y a quelques mois, lors d’une grève de transport, alors que je me rendais à mon bureau à vélo. J’ai pris l’anneau et me suis à nouveau trouvé confronté à la même situation. Une camionnette de livreur sans doute excédé par les bouchons sur le quai de seine, a délibérément, en pleine conscience des interdictions, pris l’anneau à contresens, au mépris de tous les dangers et panneaux. J’ai tenté de le prendre en chasse mais il fut facile au véhicule de me larguer. J’ai bien cru que j’allais revivre en tant que spectateur cette fois la même mésaventure lorsque je l’ai vu s’engager à grande vitesse et sans aucune précaution dans le même virage ou j’avais été percuté. L’histoire ne s’est pas répétée mais un cycliste est apparu 2 secondes après le passage du véhicule. A quand le premier mort ? »

Yves Cointrelle

Contact : contact@velo-longchamp.fr

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur.

En savoir plus